Archives de catégorie : Revue de presse

Pourquoi Prev Securite 62 Bruno Saudemont est membre adherent 2017 à AFNOR?

Pourquoi Prev Securite 62 Bruno Saudemont est membre adherent 2017 à AFNOR
C’ est deja pour soutenir l association et de contribuer au développement de normes Française ,européennes et internationales actuellement celle de la couverture anti feu .
C est aussi apprendre a utiliser des normes volontaires pour développer nos produits et services.
Et d assurer une veille active sur les normes .
C est aussi de donner a mes clients une confiance,qualité ,efficacité
L AFNOR c est 1800 membres,600 décideurs et L AFNOR fait parti une des 3 plus puissantes associations européennes de L’ISO et L’IEC et parmi les majors au plan mondial
C est nous les adherents qui définissent les positions stratégiques sur la normalisation Francaise ,europeenne et internationale
Voila la raison

pourquoi etre membre AFNOR

VOTEZ LA COUVERTURE ANTI FEU ET DE PROTECTION

votez la couverture anti feuL’idée
Développer « une couverture de protection pour les œuvres d’arts » anti-feu à haute résistance.

J’ai créé une couverture anti feu à haute résistance pour l’extinction des feux de voitures et des graisses à frites car 85% des couvertures dans le commerce brûlaient et représentaient un danger
J’ai décliné cette couverture en housse, pochette, couverture de protection pour les œuvres ne pouvant pas être déplacées en cas de sinistre
Elle est adaptable pour l’industrie en rideau pare étincelle, pare chaleur, rideau de compartimentage, stoppeur de fumée

Pourquoi ?
La couverture de protection pour les œuvres d’arts est une solution pour la mise en sécurité des œuvres en cas de sinistre.
Les musées ont l’obligation de mettre un plan de sauvegarde de leurs œuvres.
En collaboration avec les pompiers de St Omer, j’ai participé au plan de sauvegarde des œuvres d’un musée Audomarois, nous avons été confrontés à des problèmes d’évacuation de certaines œuvres ne pouvant pas être sauvées.
Elle répond à une réelle demande des Musées, c’est la solution la plus efficace et moins coûteuse
Nos clients actuels : Musée Sandelin, musée du Bourget, musée de l’Air, musée Chartreuse de Douai, Limagrain (entreprise)
Nos cibles : musées, l’industrie, services de secours, les restaurants, particuliers
Une étude de commercialisation en Belgique est en cours
Les Caractéristiques du produit
. Fibre d’aramide siliconée
. Poids <500 gr / m2
. Étanche, coupe-vent, coupe-feu
. Classification au feu: M0
. Résistant jusqu’à 850 degrés
. Électrostatique
Anti acide
. Pliable
Avantages :
Préserver la ressource en eau
– Rapidité d’extinction, économie d’eau
– Protéger l’environnement en évitant la propagation des polluants dans l’air et dans le sol.
-protection des biens, des êtres et de l’environnement
-stoppe les fumées
-protège de la propagation du feu
-facile à mettre en place
-système le moins coûteux
-pare chaleur
Et elle peut être utiliser comme
– Isolation des panneaux solaires en cas incendie de toiture
– Couverture de désincarcération : utile pour les pompiers, elle protège les victimes accidentées de la route

Fabrication
Sur-mesure dans un atelier en France après avoir fait des recherches sur la matière et des tests ont été effectué sur feux réels avec des professionnels.

L’aide de la fabrique Aviva me sera utile pour :
– la commercialisation de la couverture
– son packaging
– un nouveau local pour l’entreprise
– embaucher des collaborateurs spécialisés
– rechercher de nouvelles matières et optimisation du produit
– normaliser le produit NF et CE
– développer la distribution en France et l’étranger
– achat outillage spécifique

POUR VOTER CLIQUER SUR LE LIEN SUIVANT:

#Fabentrepreneurs

https://lafabrique-france.aviva.com/voting/projet/vue/17-493

 

pochette anti feu
MA DERNIÈRE CRÉATION,
POCHETTE ANTI FEU
résistance 1200°C ,point fusion 1330°C
imperméable a l eau ,anti acide
prototype validé
protection pour les documents,livres précieux etc

#Fabentrepreneurs

votez pour la couverture anti  feu
votez pour la couverture anti feu

voter mon projet

Je dépose mon  projet à LA FABRIQUE AVIVA catégorie Soutenir l emplois : dynamiser un bassin d’emploi ,développement de mon entreprise et de mes projets.
DÉBUT DES VOTES 14 MARS 10H

LE LIEN SUIVANT

https://lafabrique-france.aviva.com/voting/projet/vue/17-493

 

POURQUOI UN PLAN DE SAUVEGARDE DES ŒUVRES ?

POURQUOI UN PLAN DE SAUVEGARDE DES ŒUVRES
En France un incendie a lieu toutes les deux minutes.
Fort heureusement, bon nombre d’entre eux restent sans conséquences majeures. Mais d’autres événements peuvent aussi engendrer des dégâts plus ou moins importants (tempêtes, crues, tremblements de terre, fuites d’eau…) et parfois dramatiques.
Notre patrimoine n’est pas à l’abri de ces catastrophes. C’est pourquoi les responsables d’établissements doivent impérativement tenir une ligne de conduite sécuritaire pour la sauvegarde du public et du personnel d’une part, puis du patrimoine d’autre part.
Il est donc essentiel de réaliser un recensement et une analyse des risques pour ensuite mettre en place des mesures de prévention indispensables à la protection du patrimoine.
Enfin, pour limiter les dégâts ou la perte irrémédiable des biens culturels, chaque établissement doit préparer sa propre organisation interne applicable en cas d’évènement grave et anticiper la réalisation de la mise en place d’un plan de sauvegarde.

Les textes réglementaires

Les établissements (musées, monuments historiques, cathédrales, bibliothèques, archives…) avec pour vocation l’exposition d’œuvres ou la consultation d’ouvrages sont très souvent classés en établissements recevant du public (ERP). Certains espaces situés dans ces établissements peuvent être, quant à eux, soumis au code du travail.
La priorité dans un établissement recevant du public reste l’évacuation du public.

La particularité de nos établissements culturels, reste que la seconde priorité est la sauvegarde du patrimoine.

Le plan de sauvegarde des collections et des œuvres en cas de sinistre n’est pas imposé par le règlement de sécurité relatif aux établissements recevant du public, cependant il demeure parfaitement indispensable; en effet, cet outil sera une aide précieuse pour les services de secours et les responsables d’établissement, en cas de sinistre, tel qu’incendie, inondation, dégâts des eaux, etc.

Le plan « ORSEC » : extraits
(Ministère de l’intérieur et de l’aménagement du territoire)

Les évolutions de la société et des attentes de la population ont été prises en compte par la loi n° 2004-811 du 13 août 2004 de modernisation de la sécurité civile. Cette loi et les décrets d’application n° 2005-1156 Plan Communal de Sauvegarde (P.C.S.), n° 2005-1157 plan ORSEC et n°2005-1158 Plan Particulier d’Intervention (P.P.I.) du 13 septembre 2005 réforment en profondeur la doctrine de planification des secours.

Le plan « ORSEC » (« Organisation de la Réponse de Sécurité Civile ») est conçu pour mobiliser et coordonner, sous l’autorité unique du préfet, les acteurs de la sécurité civile. L’article 1er du décret ORSEC précise : « chaque personne publique ou privée recensée dans le plan ORSEC … prépare sa propre organisation de gestion de l’événement »

Deux types d’organisation de réponse opérationnelle peuvent être distingués :
Celle à objectif interne et celle ayant comme vocation de répondre à des besoins externes.

Le premier type d’organisation vise à apporter une réponse qui permet aux établissements ou aux organismes de « s’auto-organiser » en cas d’événements les affectant afin :
d’améliorer le niveau de sécurité ou de prise en charge des usagers, occupants, voire
des biens situés sur le site concerné ;
de recourir de manière plus limitée à des moyens d’assistance externes en apportant
une première réponse structurée face à l’événement ;
de faciliter ensuite l’intervention des secours publics, notamment, par des procédures
D’accueil et d’accompagnement.

Le second type d’organisation concerne des acteurs ayant pour principale vocation de
Répondre à des besoins externes.
Ex : pour les S.D.I.S. : les plans d’établissements répertoriés (ETA.RE.)
Ex : pour les communes : les plans communaux de sauvegarde (P.C.S.)
Les relations partenariales établies doivent ensuite être pérennisées sur le long terme pour garantir l’implication, la mobilisation et le niveau d’appropriation des acteurs, et ainsi entretenir la dynamique créée. Cela passe principalement par des sollicitations régulières, par le biais d’entraînements et d’exercices les confrontant aux véritables difficultés de mise en situation.

Des actions de formation ou d’information sur la gestion des situations d’urgence doivent être organisées régulièrement pour l’ensemble des acteurs. Elles peuvent être envisagées notamment à l’issue des exercices ou de la diffusion des retours d’expérience. Dans une première étape, il s’agit d’établir le recensement de ces risques.

Le Plan Communal de Sauvegarde (P.C.S.)

L’objectif du PCS (Plan Communal de Sauvegarde) est de mettre en oeuvre une organisation prévue à l’avance au niveau communal (testée et améliorée régulièrement) en cas de survenance d’événements graves afin de sauvegarder des vies humaines, diminuer les dégâts et protéger l’environnement.
Si un risque majeur prédomine sur une commune, un P.C.S. particulier peut être élaboré. Il ne prendra en compte que l’organisation prévue pour faire face à ce risque prédominant.

Le Plan ETARE
(plans d’établissements répertoriés réalisés par les sapeurs (sapeurs—pompiers)

Un Etablissement Répertorié est un établissement jugé sensible par les services d’incendie et de secours, selon des critères de répertoriassions qui peuvent être variables pour chaque département.
Outre les plans permettant l’acheminement des moyens de secours sur les lieux, ces établissements répertoriés doivent faire l’objet de dispositions opérationnelles spécifiques qui seront contenues dans un document prévisionnel dénommé Plan ETA.RE. Ce sont de véritables outils d’aide à la décision qui serviront de base au raisonnement tactique des premiers intervenants.
Ils permettent d’identifier les risques et de prévoir les moyens et actions à mener en cas de sinistre, mais également de définir le rôle et les actions que devront mener le personnel de l’établissement avec ses moyens internes afin de préparer l’intervention des secours extérieurs.

Les établissements avec des biens culturels peuvent donc être répertoriés par les secours. Le plan de sauvegarde des œuvres sera donc adossé au plan ETA.RE si celui ci existe. Les chefs d’établissement ne doivent pas hésiter à prendre contact avec les sapeurs-pompiers qui après une visite de leur établissement prendront peut être la décision de le répertorier.

L’arrêté du 15 septembre 2006 : relatif à la protection contre les risques d’incendie et de panique dans les établissements recevant du public relevant du ministère chargé de la culture.

Cet arrêté s’applique aux musées nationaux, établissements publics (relevant du ministère chargé de la culture) mais également aux monuments historiques ouverts au public affectés au ministère chargé de la culture ne relevant pas des catégories précédentes, ainsi qu’aux centres d’archives nationales.
Cet arrêté précise les responsabilités (en général président ou directeur de l’établissement, architecte des bâtiments de France, etc.) en matière de sécurité des personnes et des biens pendant l’exploitation des locaux et rappelle certaines dispositions importantes du règlement de sécurité, notamment la définition en liaison avec les services compétents des mesures et actions de sauvegarde pour la protection du patrimoine.

Circulaire du 2 mai 2000 du ministre de la culture et de la communication (Direction de l’architecture et du patrimoine) avec pour objet : Plan de sauvegarde des biens culturels (mobiliers et oeuvres d’art) en cas de sinistre dans les monuments historiques.

Cette circulaire a pour référence l’article 4 de la convention de la Haye de 1954 qui recommande que des mesures préparatoires et d’urgence soient prises pour assurer la protection des biens culturels contre les risques d’incendie; les conclusions de la section française de l’ICOMOS (International Council on Monuments and Sites ) en 1998 mettaient en exergue la nécessité d’élaborer des plans particuliers d’intervention pour les monuments possédant des collections d’ oeuvres d’art. Cette circulaire se veut être davantage un guide afin de donner les règles et principes à observer pour l’élaboration d’un plan de sauvegarde des collections.

Note du 13 mai 2008 de la directrice des musées de France avec pour objet : Plan de sauvegarde des collections en cas de sinistre dans un musée de France

Cette note précise qu’il paraît indispensable que chaque musée réalise un plan de sauvegarde et que cet outil sera une aide précieuse pour les services de secours et les responsables des musées, en cas de sinistre, tel qu’incendie, inondation, dégâts des eaux, etc.
On y trouve les points importants pour la réalisation d’un plan de sauvegarde.

LE PLAN DE SAUVEGARDE

doit être

Une aide pour les intervenants
Un outil opérationnel
Efficace et fonctionnel (exercices, mises à jour régulière)
Préparer par l’établissement en collaboration avec les sapeurs-pompiers

Il faut établir un plan de sauvegarde

Quand la décision est prise par le chef d’établissement, une première réunion de l’ensemble des personnels (ou du moins d’un maximum d’agents) permettra d’expliquer la démarche, de sensibiliser les personnels sur l’importance de ce plan fédérant ainsi autour d’un projet et instaurant une réelle motivation. Toutes les idées sont bonnes à prendre et chacun peut participer même de façon modeste car tous les services doivent être impliqués (il faut penser également à sauver les archives, documents administratifs importants, etc.).
La démarche proposée ci-après est exhaustive et permet la réalisation d’un plan de sauvegarde cohérent et complet. Celui-ci est évolutif ; un premier document peut ainsi être réalisé afin de constituer une première aide pour les services de secours (comportant une priorisation des œuvres par exemple pour les actions de déplacement et / ou de protection en cas de sinistre.
Prev Securite 62

PLAN SAUVEGARDE DES OEUVRES

PLAN ETABLISSEMENT RÉPERTORIÉ INTERACTIF

IDÉAL  POUR LES PLANS SAUVEGARDES DES OEUVRES, PLAN ETare,SERVICES DE PRÉVENTIONS ET PRÉVISION,SERVICE DE SÉCURITÉ INCENDIE DANS LES ENTREPRISES , LES SITES ATex ETC
POUR TOUT RENSEIGNEMENT ME CONTACTER
TEL:06 25 70 22 01
Nous offrons notre solution sur une clé USB et seulement les propriétaires et les concepteurs ont la copie des documents
L’interactivité fonctionne aussi sans être sur le cloud
Les mises à jours se font par courriel seulement jamais sur le cloud

plan ETAre
plan ETAre
plan ETAre
plan ETAre
plan ETAre
plan ETAre

Prévention – Prévision dans les musées

Prévenir un risque incendie, en diminuer les conséquences
Prévention – Prévision

Avant toute chose, il convient de bien analyser le risque de destruction par le feu pesant sur un musée ou de tout autre lieu culturel. Le risque nul n’existe pas et il est donc nécessaire de bien connaître cette menace afin de pouvoir y faire face et d’en limiter les conséquences. L’incendie peut se décomposer dans le temps en une suite d’étapes: déclenchement, développement, propagation. A chaque étape, les personnes et les ouvres peuvent être atteintes.

Trois définitions complémentaires peuvent être données du risque incendie : Le risque incendie est la probabilité de survenance de cet événement en fonction des éléments constitutifs d’une situation donnée. On peut aussi le définir plus simplement comme le danger d’incendie ou d’atteinte par le feu, créé par une certaine situation. On peut aussi identifier le risque à un lieu et le définir comme un point ou un lieu à partir duquel ou dans lequel le feu peut naître et menacer d’autres lieux. On le voit, ces définitions ne permettent pas de bâtir une méthode scientifique absolue, reposant sur des certitudes physiques et mathématiques.

Estimer un risque incendie est en effet une tâche difficile qui nécessite beaucoup d’expérience et d’humilité. On devra s’attacher à déterminer la façon dont un feu peut naître, comment il peut évoluer, quels dommages il peut causer. Cela nous entraînera tout naturellement à imaginer les différentes parades ou mesures destinées à réduire la probabilité de survenance, à limiter le développement ou la propagation et, enfin à assurer au maximum l’intégrité physique des personnes et des ouvres. L’évaluation du risque doit se faire en intégrant en permanence le facteur « temps », afin d’avoir une estimation dynamique.

Pour commencer, un feu se déclenche puis se développe dans son local d’origine en consommant les produits et matériaux qui s’y trouvent, puis il se propage en sortant de son local initial pour gagner d’autres lieux. Nous devons agir à ces différents niveaux. Le déclenchement, c’est la rencontre d’une cause et d’une situation initiale. La situation initiale correspond à une plus ou moins grande quantité de produits ou de matériaux dont l’inflammabilité est variable. La cause peut être humaine (négligence, imprudence…), technique (électricité…) ou naturelle (foudre, combustion spontanée). La vitesse de déclenchement va dépendre de l’inflammabilité des matériaux, de leur disposition dans le local et de leur quantité. En se développant, le feu va produire de la chaleur, des gaz chauds toxiques ou agressifs et des fumées. Ce sont les vecteurs de la propagation. Celle-ci dépendra de la structure du bâtiment, des cloisonnements, de la nature de la construction, des risques propres aux autres locaux et des liaisons existants entre les locaux. Le feu emprunte toutes les liaisons, mais il a une propension à se propager vers le haut.

Comment se protéger efficacement contre ces risques ?

Déclenchement
On se protège du risque de déclenchement par la prévention. Pour cela, il convient d’empêcher l’éclosion du sinistre, c’est-à-dire de réduire au maximum les causes de l’incendie. A la base de l’incendie, on retrouve toujours comme cause générale l’énergie sous sa forme calorifique. Les sources de chaleur, qu’elles soient chimiques, mécaniques, électriques ou lumineuses, doivent être connues pour en mesurer les dangers. Les causes de déclenchement les plus fréquentes sont accidentelles, elles ont pour origine l’imperfection humaine, l’ignorance, la négligence ou la malveillance. Bien souvent, on attribue un incendie à d’autres causes pour effacer les erreurs de ceux qui ont mal conçu, réalisé ou utilisé certaines installations. La connaissance de ces causes permet d’en supprimer un bon nombre par l’observation de mesures particulières, telles que l’interdiction de fumer dans les locaux à risque, la ventilation des volumes où peuvent se trouver des vapeurs dangereuses… L’analyse du risque de déclenchement permet donc :

d’identifier les points dangereux (chaufferie, armoire électrique, atelier de restauration, menuiserie…)
d’apprécier les causes possibles d’un feu
d’apprécier la nature et la vitesse du phénomène initial (simple échauffement, feu couvant, explosion…)
d’estimer l’effet initial possible sur les ouvres.
Ayant appréhendé la nature et les causes du risque de déclenchement, il convient d’étudier les moyens pour y remédier. Les principales mesures qui doivent être prises sont:

en premier lieu, la propreté des locaux (sciure balayée et évacuée journellement, poubelles vidées le soir et non le matin…);
le respect des consignes de sécurité (interdiction de fumer, interdiction d’utiliser une flamme nue, rangement des produits dangereux dans des armoires adéquates…);
le bon état des installations électriques, liaisons équipotentielles, boîtier de coupure de courant manuelle et/ou automatique (si possible couper le courant le soir avant de quitter les locaux);
la mise en place de la procédure de permis de feux…
Développement
Une fois née, la flamme peut s’arrêter d’elle-même ou bien se développer dans son milieu initial avec une vitesse très variable. Cette vitesse va dépendre des matériaux situés dans le local et que l’on doit estimer en nature, quantité et répartition. La vitesse de développement dépend aussi des matériaux employés pour la construction du bâtiment. L’analyse du risque de développement va donc permettre:

d’estimer la vitesse de développement et la quantité de chaleur dégagée par unité de temps et au-delà les effets prévisibles sur les ouvres;
de définir le sens du développement du feu;
d’apprécier ses effets sur les éléments de construction;
d’identifier les ouvres touchées ou menacées,
d’apprécier les dommages possibles.
Cette analyse étant faite, il devient alors possible de remédier au développement. Les principales mesures sont:

la détection automatique d’incendie (détection ionique de préférence). Il faut prendre soin de noter qu’il ne suffit pas de disposer d’un équipement, mais qu’il faut que l’alarme donnée puisse être recueillie, interprétée et exploitée par l’homme;
l’extinction automatique, les robinets d’incendie armés, les extincteurs…
mais aussi des mesures constructives par l’emploi de matériaux incombustibles ou difficilement inflammables et des mesures d’organisation en limitant par exemple le stockage de produits inflammables dans les ateliers;
et puis, il ne faut pas oublier la formation du personnel qui aura à intervenir en premier lieu.
Propagation
II y a propagation lorsque le feu sort de son local initial et gagne d’autres locaux directement contigus ou non. Elle peut se faire par projection de matériaux enflammés, transfert direct des gaz chauds, ou par rayonnement. Les portes, les fenêtres, les gaines, les conduits, les trous, les façades sont autant d’éléments qui favorisent ce phénomène. De ce fait, on devra porter une plus grande attention aux locaux qui présentent des risques particuliers, que l’on peut dénommer « points dangereux » et on devra prendre toutes les mesures prévisibles et nécessaires pour qu’un incident se produisant à l’intérieur ne puisse gagner un local névralgique. On appellera « point névralgique » ou « point sensible » un local contenant une ouvre ou des ouvres dont l’atteinte entraînerait des conséquences dramatiques pour le patrimoine culturel.

Comme pour le développement, il existe des techniques permettant d’enrayer la propagation, ou tout du moins pour la ralentir et en diminuer l’ampleur. Ces mesures peuvent être passives ou actives mais elles sont presque toujours d’ordre constructif:

mesures passives: stabilité de la construction pour éviter les effondrements, recoupements intérieurs par des murs coupe-feu, maintien de l’intégralité des séparations aux passages des gaines et conduits, éloignement des bâtiments, potentiel calorifique des façades, dimension et éloignement des ouvertures en façades ;
mesures actives: portes coupe- feu ou pare-flammes, clapets dans les gaines au droit des recoupements, désenfumage naturel et mécanique…
Sauvegarde des ouvres

Pour différentes raisons, les mesures destinées à réduire le déclenchement, le développement puis la propagation du risque incendie peuvent ne pas avoir remplies leur rôle. Il est alors nécessaire d’avoir étudié et mis en place un plan pour réduire ou tout au moins limiter au maximum les dégâts sur les ouvres. Différentes formes de menaces peuvent amener la direction d’un musée à évacuer les ouvres. Les atteintes possibles peuvent être immédiates ou différées:

immédiates: feux, inondation, tornade, effondrement…;
différées : risque de conflit, climat social très dégradé, travaux de restructuration.
Les actions immédiates doivent faire l’objet d’une planification préalable, établie en liaison avec les services locaux d’incendie et de secours. Les actions différées doivent aussi faire l’objet d’une planification établie au sein de la direction du musée. Quelle que soit la menace, il convient de respecter quelques principes.

Les choix:
Avant toute chose, le responsable du musée doit indiquer un ordre de priorité pour l’évacuation ou la protection des ouvres. Sauf dans le cas d’un objet très particulier, le choix se fera par grands ensembles (salle, panneau, zone) et non ouvre par ouvre. Cet ordre de priorité devra distinguer les ouvres à évacuer et celles qui, trop volumineuses ou trop lourdes, devront être protégées sur place.

Comment:
Les personnes qui auraient à inter- venir en urgence doivent avoir reçu un minimum de formation pour l’évacuation ou la protection des ouvres, afin d’éviter d’occasionner des dégâts trop importants sur les ouvres. Cette formation doit être dispensée aux sapeurs-pompiers locaux, qui auront la charge d’évacuer ou de protéger les ouvres les plus menacées et qui seront les seuls à pouvoir approcher, grâce à des appareils permettant de se déplacer dans les fumées. Il est nécessaire de leur enseigner:

les gestes à accomplir pour décrocher un tableau, ouvrir une vitrine ;
les précautions élémentaires pour transporter une ouvre;
la nature des protections qu’il faut appliquer à une ouvre qui ne peut être déplacée (en raison de son poids ou de sa taille) : protection contre les fumées, l’eau d’extinction, la chaleur (arrosage au moyen d’une lance à jet diffusé).
Avec quoi:

matériel de décrochage: prévoir, dans le plan de sécurité établi, les lieux où les intervenants pourront se voir confier le matériel (clefs des vitrines, tournevis avec lames spéciales, clefs à pans multiples, etc.). Ce matériel ne devra en aucun cas être confié en permanence aux services d’incendie et de secours, mais leur être remis, si nécessaire, au moment de l’intervention ;
matériel de transport : en fonction du type d’ouvre à évacuer, il est utile de prévoir, éventuellement, des panières (pour les livres, petits objets…), des chevalets roulants (pour les tableaux de taille moyenne…). Les ouvres évacuées ne pouvant rester dans une cour ou sur un trottoir, des véhicules de transport (selon un plan à élaborer avec la municipalité, l’armée ou un transporteur local…) doivent pouvoir être utilisés dans un délai de deux heures ;
matériel de protection : les bâches en toile ou les films en polyuréthanne doivent être fournis en quantité suffisante pour permettre de protéger les plus grandes ouvres. Afin d’assurer une relative étanchéité, il est bon de prévoir du ruban adhésif résistant à l’eau.
Où:
Le plan établi doit prévoir un lieu de repli où disposer les ouvres évacuées. Ce lieu doit répondre aux conditions suivantes : ne pas être trop éloigné, être à l’abri des intempéries, être sûr et facile à surveiller. Dans la mesure où la taille des réserves, l’importance et le nombre des ouvres à évacuer le permettent, la solution idéale consiste à conclure un accord d’aide réciproque avec un musée situé à proximité.

Prévenir un risque est donc une opération complexe qui intègre un très grand nombre de facteurs difficilement quantifiables mais seule- ment « appréciables » selon leur degré d’importance. On doit se poser sans cesse des questions: Tel risque est-il supportable pour le niveau de sécurité désiré? Telle mesure est-elle adaptée à l’effet recherché? Les niveaux de sécurité évoluent dans le temps et ne sont pas les mêmes suivant l’heure de la journée. Faire de la prévention incendie impose une méthode de réflexion analytique et synthétique. Les différentes mesures destinées à réduire les risques doivent être spécifiquement adaptées aux facteurs identifiés sinon la prévention ne remplit pas son rôle.

En conclusion, il faut rester très humble dans ce domaine. Le feu est et restera un ennemi permanent qui continuera à détruire notre patrimoine. Mais il ne s’agit pas pour autant de baisser les bras et il faut au contraire tout faire pour le combattre et limiter son action.

J’ai travaillé avec le musée Sandelin sur le plan de sauvegarde des œuvres en collaboration des sapeurs pompiers de Saint Omer . Actuellement aussi avec le musée de Douai,et en affaire avec le musée Des Invalides ,Lille, Strasbourg,Grenoble Ma société en collaboration d un atelier de confection de L Atelier de L Audomarois Séverine Padovani,nous avons mis au point une couverture et de système de housse anti feu et imperméable aux eaux extinctions Et aussi une assistance a la mise en oeuvre du plan de sauvegarde des Oeuvres ainsi la formation du PSO. Tel:0625702201

PREV SECURITE 62, INCENDIE ,PARIS

www.prevsecurite62.fr» Protection incendie : Extincteurs Paris

L’entreprisePREV SECURITE 62, INCENDIE , située dans le Pas de Calais, vous propose ses services pour la vente et la locationd’extincteurs à poudre polyvalente et d’extincteurs à eau pulvérisé ainsi qu’a CO2. Ils vous proposent la vente et la location de matériel d’incendie portatif ou mobile.

MISE EN SERVICE EXTINCTEUR PARIS

 mise en service  extincteur

Extincteurs Saint omer
Extincteurs Saint omer

Un extincteur est un appareil de lutte contre l’incendie capable de projeter ou de répandre une substance appropriée — appelée « agent extincteur » — afin d’éteindre un début d’incendie. . Ces derniers se scindent en trois catégories : portatifs, mobiles et fixes.

Installation extincteur neuf

De fabrication Française

Design soigné, poignée de couleur permettant le repérage immédiat du produit extincteur (eau, poudre, CO2)

Pour l’implantation des extincteurs ou des systèmes de sécurité incendie. Un professionnel se rend à vôtre entreprise, magasin.. Pour évaluer vos besoins. Nous travaillons selon la réglementation A.P.S.A.D régies pas la CNPP.

Pourquoi?

Les extincteurs permettent de sauver des vies, des biens et les outils de travail. Trois quart des début d’incendie sont maitrisés grâce à leur utilisation. Ils permettent aussi de répondre aux différentes normes en vigueur

Comment?

En nous contactant, étude audit et devis gratuits. Je suis à votre à votre service pour vous accompagner dans votre démarche d’équipement. Le nombre d’extincteurs est déterminé en fonction de la surface des locaux à protéger, de leur catégorie et des risques particuliers.

Services

  • Etude de conformité
  • Audit des risques

Quel  extincteur choisir?

Je vous conseillerais et j établirais  un devis pour équiper vos locaux avec des extincteurs adaptés:

extincteur
Extincteurs Automatique
extincteur
extincteur roulant
extincteur
extincteur
extincteur
extincteur
extincteur
extincteur
extincteur
extincteur
extincteur
extincteur

COUVERTURE ANTI FEU PARIS,PARE FEU PARIS ,PLAN SAUVEGARDE DES OEUVRES PARIS

COUVERTURE ANTI FEU,PARE FEU ,PLAN SAUVEGARDE DES OEUVRES PARIS

DOCUMENT COUVERTURE ANTI FEU

DOCUMENT COUVERTURE ANTI FEU
DOCUMENT COUVERTURE ANTI FEU

Impression p3 p5 p6.1 p6 p6 p8.1 p9.1 p11.1 p11.1 p11.1 p13 p14

PLAN DE SAUVEGARDE DES MUSÉES ET OEUVRES

plan de sauvegarde des musées et des œuvres

Mots clés : plan de sauvegarde des biens culturels, sauvegarde des œuvres, prévention, prévision, patrimoine, risque, vulnérabilité
Les musées, les monuments historiques, les salles d’expositions sont comme tous les bâtiments exposés à de nombreux risques, en particulier le risque d’incendies, le plus grave dont la probabilité d’occurrence est la plus élevée. Au sein de ces édifices sont conservées ou exposées des oeuvres d’arts qui sont, par voie de conséquence, à la merci de ces mêmes risques.
Le plan de sauvegarde des oeuvres en cas de sinistre est la réponse de l’établissement, indispensable et adaptée à la préservation des biens culturels.
Avant de réfléchir à une méthodologie permettant d’élaborer ce plan, il semble primordial de définir les termes utilisés dans les cindyniques2.
Les différentes réglementations applicables dans le domaine de la prévention incendie prennent indirectement en compte la sauvegarde des oeuvres à différents niveaux, le seul objectif du règlement de sécurité étant la sauvegarde des personnes. Néanmoins, la protection du patrimoine doit s’intégrer dans une logique plus globale de gestion des risques, que nous avons dénommée triptyque des risques :
Public – Contenant – Contenu.
Les méthodes d’analyse de risques à disposition des préventionnistes ne répondent pas aux besoins des personnes en charge de la sauvegarde des oeuvres au sein des musées. Nous avons donc conçu une méthode spécifique et quantitative d’analyse des risques : la Méthode d’Analyse pour la Sauvegarde des OEuvres (MASO). Elle peut utilement aider le responsable d’établissement à élaborer son plan de sauvegarde.
La dernière partie du présent document développe la stratégie de sauvegarde des œuvres patrimoniales, prolongement de la démarche prévention contre les risques d’incendie par celles relatives à la prévision technique opérationnelle et à l’analyse post crise (RETEX et RCCI).

Prev Sécurité 62 peut vous apporter son aide à l élaboration du plan de sauvegarde des œuvres .Et aussi a apporté des solutions pour les œuvres ne pouvant pas être déplacé

NOUS SOMMES A VOTRE DISPOSITION:nous avons travaillé pour le musée Sandelin,

Couverture sur mesure et différente forme .

LA COUVERTURE POUR FEU DE VOITURE, EST EN VENTE CHEZ PREV SECURITE 62
8 mars 2012, un violent incendie parti d’un seul véhicule a ravagé le parking souterrain de la Place Vendôme à Paris. Bilan : plus de 100 pompiers mobilisés pendant plus de 6 heure, 25 engins engagés, 30 véhicules détruits, des structures et autres voitures endommagées par les fumées et la chaleur intense.

Simple à mettre en place par 2 personnes sur un feu naissant de voiture, la couverture
permet :
• d’isoler le véhicule,
• d’éviter son embrasement total,
• d’éviter une propagation incontrôlée aux structures environnantes,
• de réduire fortement l’émanation des fumées noires et toxiques, causes fréquentes de sur-accidents, notamment sur les autoroutes,
• de faciliter l’intervention des pompiers qui restent les seuls habilités à finir de sécuriser totalement les lieux.
Placée à proximité des zones à forte concentration de véhicules (parkings souterrains, car ferries, centres commerciaux, péages autoroutiers, etc), la couverture est utile en de nombreuses circonstances et est également adaptée pour l’extinction de feu de moto, de container métalliques et de machines industrielles.
La couverture fait désormais partie des équipements de sécurité disponibles autour du circuit automobile de Monaco. La COUVERTURE suscite également un vif intérêt de la part des sociétés de parkings, des centres commerciaux ou encore des sociétés
d’autoroutes !

 

LA COUVERTURE PEUT AVOIR D AUTRES FONCTIONS:
UNE ÉVOLUTION TECHNIQUE,EXISTENCE DE NOUVELLE MATIÈRE.
LE MUSÉE SANDELIN VIENT   ÊTRE ÉQUIPÉ DE COUVERTURES .
ELLE EST DANS LE PLAN SAUVEGARDE DES ŒUVRES

https://www.facebook.com/video.php?v=366145523485264&theater

DSC_6182
feux friteuse couverture Fire Cape
DSC_6185 )
feux friteuse couverture Fire Cape
DSC_6190
feux friteuse couverture Fire Cape
DSC_6192
feux friteuse couverture Fire Cape

 

musée Sandelin couverture anti feu
musée Sandelin couverture anti feu

 

musée Sandelin couverture anti feu
musée Sandelin couverture anti feu

 

Les couvertures Anti-feu – Quelques explications

Une couverture anti-feu est un accessoire de lutte contre l’incendie et son mode d’action consiste à
étouffer le feu

Les Avantages :

Elle est légère et très peu encombrante une fois repliée.

Cet objet est capable d’éteindre le feu sur un être vivant où elle constitue la solution la plus appropriée en absence de douche fixe de premiers secours ou de Douche portative de secourisme. Par comparaison avec à celle des extincteurs qui encrassent les plaies.
La couverture sert à étouffer le feu provenant de petits objets pouvant être emballés ou recouverts. Mais l’usage le plus fréquent est l’extinction de feux de classe B dans des récipients de taille limitée car elle s’utilise sèche, contrairement à l’extinction avec torchon, ou serpillière. Mais elle ne doit pas être retirée avant un complet refroidissement de l’objet enflammé

Inconvénients :

Elle est dénuée de tout effet refroidissant limitant ainsi l’étendue des brûlures, elle ne peut servir que contre les brûlures thermiques et dans le cas d’être vivant, elle nécessite de pouvoir le maîtriser puis de l’enrouler avec elle.

Composition :

Cette couverture est faite d’une matière textile ignifugée ou d’une matière peu ou pas combustible (fibre de verre enduite de silicone par exemple). Ses dimensions permettent une manipulation aisée (environ 1 m x 1 m).

Mode d’emploi :

Pour mettre en œuvre une couverture anti-feu, on tire sur les deux rubans (sorte de poignées) dépassant du boîtier fixé au mur dans lequel est soigneusement pliée la couverture. En tenant toujours ces deux poignées, on écarte les bras pour développer la couverture qui sert alors d’écran protecteur puis on enveloppe la personne en feu, ou bien on couvre avec soin le foyer sans précipitation. On maintient la couverture en place.

https://www.facebook.com/video.php?v=366145523485264&theater

Couvertures anti-feu

logo norme NF

photo extincteur 6 kg poudre ps6 abc

Vous recherchez un moyen pour éteindre un feu le plus rapidement possible ?

Sécurité Incendie Conseil commercialise des couvertures anti-feude dimensions différentes, très utiles en cas de départ de feu causé par une friteuse ou autre.

les avantages

  • – Permet d’éteindre rapidement les départs d’incendie.
  • – Une véritable simplicité d’utilisation !

le produit en détail

L’utilisation d’une couverture anti-feu est assez simple mais elle demande tout de même de suivre quelques précautions. Nos techniciens vous expliqueront les principales étapes pour venir à bout des feux à l’aide d’une couverture anti-feu, ainsi que sa manipulation.

Dossier couverture anti-feu et de désincarcération
couverture anti feu
couverture anti feu et de désincarceration
couverture anti feu et de desincarceration
couverture anti feu et de desincarceration
couverture anti feu et de desincarceration
couverture anti feu et de desincarceration
couverture anti feu et de desincarceration
couverture anti feu et de desincarceration
couverture anti feu et de desincarceration
couverture anti feu et de desincarceration
Simple to set up by 2 people on a fire arising from car, the cover allows: - to isolate the vehicle, - to avoid its flashover - to avoid an uncontrolled propagation in the surrounding structures, - to reduce strongly the emanation of black and toxic smokes, frequent causes of on accident, in particular on the highways - to facilitate the intervention of the fire brigades which remain the only ones authorized to stop reassuring totally places Placed near zones with strong concentration of vehicles (underground parkings, car ferries, shopping centers, motorway tolls, gas stations, etc.), the blanket is useful in numerous circumstances and is also adapted for the extinction of fire of motorcycle, metallic container and industrial machines It can be put on solar panels and so neutralize the functioning of this one in case of fire of roof. Its standard size is 35 m2 It is made to measure in the request for any use She can be declined under other forms, example: cover to protect documents or valuables
couverture anti feu et de desincarceration
couverture anti feu et de desincarceration
couverture anti feu et de desincarceration
couverture anti feu et de desincarceration
couverture anti feu et de desincarceration
couverture anti feu et de desincarceration
couverture anti feu et de desincarceration
couverture anti feu et de desincarceration
couverture anti feu et de desincarceration
couverture anti feu et de desincarceration
couverture anti feu et de desincarceration
couverture anti feu et de desincarceration
couverture anti feu et de desincarceration
couverture anti feu et de desincarceration
couverture anti feu et de desincarceration

Article de L’indépendant Saint Omer

La couverture anti feu  partenaire Israélien  D.G Technologies Advanced  Israel AIR FIRE Defence
La couverture anti feu
partenaire Israélien
D.G Technologies Advanced
Israel AIR FIRE Defence

ÉLABORATION PLAN DE SAUVEGARDE DES ŒUVRES ET DES BIENS CULTURELS

PREV SECURITE  62 PEUT VOUS AIDER A  L’ÉLABORATION PLAN DE SAUVEGARDE DES ŒUVRES ET DES BIENS CULTURELS

Si les biens patrimoniaux souffrent avant tout du passage du temps, ils sont aussi fréquemment touchés par des accidents : inondations locales ou grandes crues, incendies mais aussi séismes, tempêtes ou explosions industrielles peuvent endommager ou détruire un patrimoine précautionneusement protégé depuis des siècles.

LE PLAN D’URGENCE

Les principaux objectifs du plan d’urgence sont :

  • la sensibilisation de l’ensemble des personnels aux différents risques (incendie, inondation, mais aussi tempête, glissement de terrain, accident industriel…) ;
  • la prévention des risques d’incendie et d’inondation encourus par les collections, le but étant de tout faire pour que ces accidents ne se produisent pas ;
  • la prévision des interventions, c’est-à-dire tout faire et tout préparer pour que, en cas de sinistre inévitable, les interventions soient possibles rapidement et facilement pour éviter les conséquences les plus graves et minimiser les dégâts.

 

Prev Sécurité  62 plan d urgence :

Un plan d’urgence est un document écrit, propre à chaque établissement, qui est établi en fonction des ressources humaines et financières disponibles. Le plan traite des mesures de prévention permettant au personnel de réduire les risques et de l’intervention en cas de sinistre, afin de minimiser les dommages subis par les collections.
La mise en œuvre d’un plan d’urgence est propre à chaque établissement ; il est adapté aux spécificités de votre institution et de vos collections.

Procède par étape

  • création d’un comité d’urgence (désigner un responsable du plan d’urgence qui dirigera une équipe chargée de mettre au point un plan bien adapté à l’établissement),
  • collecte des informations concernant l’établissement,
  • rédaction du plan,
  • diffusion du plan,
  • mise en œuvre du plan.

Vous aide pour rédiger un plan d’urgence

Les objectifs d’un plan d’urgence sont :

  • d’éviter tout sinistre qu’il est possible de prévenir ;
  • de se préparer à faire face à ceux qu’il est impossible de prévenir ;
  • de réduire les pertes d’informations;
  • de minimiser les dommages dans les cas où les sinistres sont inévitables ;
  • d’assurer l’efficacité maximum des efforts de récupération à la suite d’un sinistre.

La rédaction d’un plan d’urgence englobe trois étapes :

  • Évaluation des risques et plan de prévention
  • Gestion de la crise
  • Bilan du sinistre

aide memoire